s'inscrire / se connecter

Sites pays et partenaires

Membres :
0 200 500 1000 2000 5000 10000+
Construire un monde plus durable

Vanessa Grob est une architecte d’origine chilienne. Elle voit son métier avant tout comme un moyen d’améliorer la vie des gens en ayant un impact positif sur l’environnement. Deux préoccupations majeures au cœur de sa passion.

Le choix du parcours français

Plus qu’un métier, l’architecture est pour Vanessa Grob une philosophie de vie. La jeune femme arrive en France en 2002 à l’âge de 29 ans. Diplômée en architecture depuis 1997 au Chili, elle souhaite parfaire ses connaissances en architecture bioclimatique, domaine dans lequel la France est reconnue pour son expertise. Qui plus est, elle a fait sa scolarité dans une école française au Chili car ses parents ont vécu quelques années en France.

Le choix de la France s’impose donc vite. Cap sur Toulouse, pour un Master européen « architecture et développement durable » ! La jeune femme se plaît dans la ville rose et y rencontre ses deux futurs associés. 2003 est une année faste. Vanessa Grob valide son master en soutenant son mémoire et sitôt son diplôme en poche, elle monte à Paris pour créer son agence, Atelier D.

La nouvelle parisienne n’en a toutefois pas fini avec les études. Son diplôme chilien d’architecte n’étant pas entièrement reconnu en France, elle valide les matières manquantes à l’École d’architecture de Paris-La Villette. Sans craindre le décalage avec les autres étudiants qui n’ont pas l’expérience du terrain : « en cours de droit et de gestion de chantier, j’étais la seule à poser des questions », se souvient-elle amusée. Et en 2012, Vanessa Grob obtient « l’habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en nom propre », sésame qui lui permet de s’inscrire au tableau de l’ordre des architectes et de signer un projet en France.

Le pari durable

Et ce ne sont pas les projets qui manquent pour Atelier D. Les trois associés ont fait le pari d’intégrer pleinement la démarche environnementale à leurs projets, et non de l’ajouter par seul souci marketing ou réglementaire. Un choix qui leur vaut de remporter quelques beaux appels à projets dans le monde entier comme le siège de la Cour suprême du Burundi, le siège de l’Union européenne à Bujumbura, un programme de régénération urbaine à Santiago du Chili ou encore des logements en béton de chanvre à Paris. Aujourd’hui, ils travaillent aussi bien sur des projets de construction que de rénovation et cultivent cette dimension internationale.

Pour aller plus loin dans cette démarche durable, Vanessa Grob lance en 2016 Public Space Lab, structure dont la vocation est d’accompagner les maîtres d’ouvrage sur le chemin du développement régénératif. Cette approche inédite vise une meilleure appropriation des espaces publics par les usagers et va de pair avec une participation citoyenne accrue. Deux principes auxquels Vanessa Grob croit plus que tout.

Transmettre sa passion

Ravie de ses études en France, Vanessa Grob se félicite d’avoir pu profiter « d’un vrai savoir-faire sur l’architecture bioclimatique » et d’avoir eu la chance d’étudier avec « de vrais spécialistes, pour la plupart très engagés ». Partager à son tour son expertise est important pour elle. C’est pourquoi elle enseigne dans un MBA en construction durable à Paris. L’occasion de transmettre aux architectes en devenir le sens qu’elle donne à son métier : être au service des gens et faire de son art un vecteur de bien-être et de citoyenneté, un levier pour améliorer la vie des femmes et des hommes dans le monde. L’occasion, tout simplement, de partager sa passion.